Accès - Transports Se loger Se restaurer A voir - A visiter Respect de l'environnement Gastronomie sénane
D'hier...

Du poisson salé...

Côté poissons : Congre * et vieille ont toujours été les poissons privilégiés des îliens. Associés à la pomme de terre, ils constituaient l'essentiel de l'alimentation hivernale. En soupes, ragoûts, daubes, salés "frais" ou salés/séchés. Sans oublier les berniques, cueillies sur les roches à basse-mer lorsque le mauvais temps ne permettait plus de sortir en mer...

Côté desserts : outre le "far" traditionnel (bien que chaque maisonnée ait sa propre recette...), le riz au lait était fort prisé et le flan au "lichon" (petite algue récoltée par les femmes) restait une spécificité îlienne.

* On lit dans les archives de 1715 : "Il se fait à l'isle des saincts et Bec du Raz une pesche de congres que l'on faict sécher. Cette pesche se fait à la ligne..." (pêche aux palangres, pratiquée pendant les mortes-eaux).

"le congre, simplement vidé et ouvert à plat, était suspendu à sa sortie de la saumure aux "andellou" - échafaudage de tringles de bois, pour y sécher au soleil pendant un mois environ, jusqu'à ce qu'il devint dur comme cuir. Par la dessication, il diminuait d'un tiers de son poids. Ce poisson était alors disposé en ballots de 50 à 100 kilos, entouré de grosse toile, dirigé sur Brest, puis chargé sur des vapeurs de la Compagnie Chevillotte qui le transportaient à Bordeaux pour être distribué dans le Midi et la Catalogne. Il se conservait pendant deux ou tois ans, et servait à faire une soupe, dont, paraît-il, les Ibères étaient très friands. un commerce similaire était celui de la raie séchée que les Sizunais appelaient "Kailhenn" (= chemise).

Par contre, les produits de la pêche estivale des crustacés - pratiquée d'abord aux filets puis aux casiers à partir des années 1850 -étaient uniquement réservés à la vente (langoustes, homards, crabes).

(extrait du R.P. Richard)

... à aujourd'hui

... au ragoût de homard !

 

Spécialité lancée par l'ancien Maire, Alain Le Roy, dans son restaurant "l'Auberge des Sénans" dans les années 1970, toujours aussi prisée des visiteurs... quand ils peuvent se l'offrir !

La pêche artisanale s'est effondrée mais les îliens demeurent ichtyophages (= mangeurs de poissons), ce qui est bien naturel vu leur environnement. Aux côtés du bar de ligne, le lieu tient une bonne place mais ne détrône pas le congre et la vieille et toutes les richesses de la récolte à basse-mer.

En saison de pêche, on ne compte pas les recettes pour accomoder maquereaux, lieus, bars, Saint-Pierre et autres délices frais de la mer...

congre
vieille
 
Haut de page