protection de l’environnement

La protection de l’environnement

À Sein, la puissance est incarnée par le vent. Sur l’île, il n’y pas d’arbres, pas de haies et pas de buissons. Les petits champs de la zone sont entourés par des murets coupe-vent. Dans le passé, on cultivait de l’orge et des pommes de terre. Désormais, ces champs sont abandonnés. Ronces et broussailles ont maintenant pris la place. Les murets de pierre sont encore là. Quand le printemps arrive, les pâquerettes dévoilent leurs tiges. Une des spécificités du lieu est qu’il n’y a pas de relief. Ainsi, dans son histoire, l’île a rencontré plusieurs grandes vagues déferlantes, ayant notamment touché les habitations et ravageant les dunes et le port. Comme disait le général de Gaulle, Sein est une île dont « la vague n'a pas eu raison du granit ».

Érosion de l'île

Depuis toujours, l’île est exposée à l’érosion marine à cause de sa petite taille et son absence de relief, voire même à cause de la submersion. Ainsi, en 1638, une terrible tempête aurait eu lieu et plusieurs habitations furent touchées par les eaux. En 1904, des digues voient le jour. Ces dernières avaient été détruites à l’époque par la terrible tempête de 1896, qui toucha également des navires : l’île demeura isolée environ une quinzaine de jours. Quelques tempêtes sont restées réputées dans l’histoire du lieu breton : 1756, 1821, 1868 et 1879.

Une île à l’éclairage public connecté

Une des particularités de l’île est son nouveau réseau. Ce dernier consomme peu d’énergie et intègre parfaitement la stratégie de transition énergétique de l’endroit. D’ailleurs, c’est un sujet extrêmement sensible pour les habitants. Autre spécificité de l’île : paramétrer l’intensité du lampadaire. Récemment inauguré, venez sur l’île afin de voir ce nouveau réseau d'éclairage public LED unique ! Chacun des 88 points lumineux intègre un mécanisme de télégestion à distance. Ainsi, on peut définir l’intensité de chaque point où on veut.

Investissement de 160 000 euros

Le Sdef a par conséquent eu pour finalité le renouvellement de la totalité du parc d’éclairage public. Le groupe a répondu à une multitude de soucis de fonctionnement, de sécurité et d’économie d’énergie. L'électricité est produite sur l’île via le fioul, alimentant des groupes électrogènes.

Du vert avant tout !

IDSE désire concevoir son propre projet sur l’île, au lieu d’EDF, qui possède un monopole sur la zone. Une autorisation de dérogation avait été fournie récemment. Or, elle avait été par la suite rejetée par le Parlement.

La municipalité soutient également un autre projet, en collaboration avec EDF et le Sdef. « La phase suivante est la pose de panneaux photovoltaïques sur les édifices communaux. Deux éoliennes sont aussi envisagées. Le fioul sera gardé pour les journées sans vent. IDSE a fait le choix des courants marins, plus simple par rapport la fourniture en énergie. L’éolien est pour sa part étudié en ce moment. Une chose est sûre : il fait consensus.

Les énergies renouvelables progressent pas à pas sur l’île. La prochaine phase du Sdef sera que le nouveau réseau d’éclairage public soit autonome avec l’énergie solaire. La transition énergétique est une priorité là-bas. Venez profiter de l’éclairage public 100% LED de l’île !